Dans une carrière, l’exploitation perturbe constamment le sol et crée de nouveaux habitats. Parmi ceux-ci, on retrouve les pelouses pionnières qui se retrouvent dans presque tous les secteurs de la carrière. Parfois associées aux mares temporaires ou à des substrats plus secs, les pelouses pionnières abritent une large diversité de plantes annuelles et d’insectes. En carrière, ces pelouses peuvent accueillir des cycles de reproduction pour les oiseaux, tels que l’alouette lulu et le petit gravelot. Sans gestion, une perturbation trop régulière peut menacer ces milieux pionniers.

ZONE DISPONIBLE

Pour une gestion optimale, il faut créer des pelouses pionnières sur des zones de la carrière hors exploitation pour minimum 2 à 5 ans. Ces zones peuvent être raclées si la zone est déjà végétalisée, mais il sera plus facile et moins coûteux de partir d’une zone minérale récemment perturbée, comme un fond de fosse ou un remblai.

MISE EN DÉFENS

Il faut mettre en défens de manière évidente la zone choisie afin d’éviter des pas­sages perturbateurs trop réguliers. Des blocs et abris peuvent être utilisés pour limiter la zone.

APPORT DE SUBSTRAT

Dans le cas de remblais terreux, une couche de cailloux, de poussiers, ou de déchets minéraux peut être apportée afin de développer un substrat minéral, permettant de conserver un caractère pionnier. Le substrat ne doit pas être lissé, les micro-reliefs favorisant une plus grande diversité de plantes.

GESTION DYNAMIQUE

Les arbres et arbustes vont progressivement coloniser les pelouses pionnières, ce qui diminue leur intérêt pour la biodiversité. Une gestion pluriannuelle est alors nécessaire pour maintenir le caractère pionnier de ces pelouses. Elle peut être effectuée lorsque le recouvrement en végétation dépasse 75% de la surface. Les pelouses peuvent également être déplacées, au fur et à mesure de l’exploitation.

Pour en savoir plus sur cette action: 

https://www.youtube.com/watch?v=e0IF9wqgg6A&t=37s